FranceAlcest

image missing
Artist rating: 83.73 % (ranking: 12)
Highest rating: 83.73 % (2019)
Most recent trend: 79.19 % (2019)
Highest trend: 83.17 % (2014)

Albums
Songs (A-Ö)

Statistics

Data

Formed: 2000

Formed 21 years ago
 

External links

Members

Neige, Winterhalter

Genres

2007
86.95 %
 
 
 
 
 
 
 
 
 
2012
78.24 %
2014
86.73 %

Écailles de lune

Alcest - Écailles de lune
83.13 %
(2016-12-27)
Release date: 2010-03-29
Type: studio
Genres:

On wishlist [3]
 
Average song length: 06:57
Average song rating:

Ranking

Alcest:
3
/
6
Year (2010):
2
/
29
Decade (2010's):
12
/
236
Overall:
174
/
2642

Tracks

Credits

Band members

Neige
lead and backing vocals, guitars, bass, keyboards

Lyrics

Écailles de lune – part 1
09:52
Les heures filent, la mer soupire sous des astres lointains déposés en une pincée d'or tremblante sur les houles.

Elle ouvre sa danse hypnotique, et absorbe mon regard décoloré.

Telle une âme en suspension, je voudrais sans crainte disparaître sous les flots; Entendre jaillir des profondeurs leur complainte ensorcelée.

Elles m'appelleraient de leur royaume de nacre et d'écailles aigue marine pour m'emmener loin des miens, d'un monde qui m'est étranger.

Leur tenant la main, lentement, je voudrais sombrer dans de eaux noires m'accueillant silencieusement.

Dire adieu aux lueurs du matin, laisser les courants froids purifier mes pensées, statufier mes chairs, pour trouver le sommeil tout au fond de l'océan.
Écailles de lune – part 2
09:49
Au bord de l'onde
La chaleur intense
Du soleil m'enivre.

Je m'abreuve à sa lumière,
Et laisse ses rayons ardents
Dèlier mes membres engourdis
Pour m'offrir une seconde naissance.

Là haut un ciel
Sans nuage,
D'un bleu étourdissant,
Se fond avec la mer.

Ivre de lumière,
J'ai maintenant l'impression
De ne plus marcher sur votre sol
Et entends les cris
De mon âme non humaine
Implorer sa libération.
Percées de lumière
06:39
no lyrics yet
Abysses
01:41
no lyrics yet
Solar Song
05:24
no lyrics yet
Sur l'océan couleur de fer
08:19
Sur l'océan couleur de fer
Pleurait un choeur immense
Et ces longs cris dont la démence
Semble percer l'enfer.

Et puis la mort, et le silence
Montant comme un mur noir.
...Parfois au loin se laissait voir
Un feu qui se balance.
comments powered by Disqus